dimanche 7 juin 2020

Jacinda Ardern, la première ministre qui fait la fierté de la Nouvelle-Zélande


Marine Jeannin, Ségolène Forgar
  Figaro
Portrait. - À 39 ans, Jacinda Ardern cumule déjà quelques records : troisième femme première ministre de Nouvelle-Zélande, plus jeune dirigeante du pays depuis 1856 et plus jeune dirigeante de l’histoire du Parti travailliste. Elle est aujourd'hui saluée par ses concitoyens pour sa gestion de l'épidémie du Covid-19.
Le Canada a Justin Trudeau, l’Autriche Sebastian Kurz et la Finlande Sanna Marin. La Nouvelle-Zélande, elle, a Jacinda Ardern pour représentante de cette nouvelle garde politique aux commandes des Nations. En octobre 2017, elle est devenue la plus jeune première ministre de Nouvelle-Zélande depuis 1856.
Depuis, Jacinda Ardern a conquis le cœur de ses concitoyens par sa gestion efficace de l'épidémie du Covid-19 en Nouvelle-Zélande. Tout au long de la crise, elle a régulièrement informé ses concitoyens en Facebook live, et non sans humour. «Vous serez heureux d'apprendre que nous considérons la petite souris et le lapin de Pâques comme des travailleurs essentiels, mais comme vous pouvez l'imaginer en ce moment, ils seront probablement très occupés à la maison, avec leur famille et leur propres lapins», plaisantait-elle le 6 avril, dans une vidéo destinée à rappeler les règles du confinement.
Un an auparavant, son comportement exemplaire après les attaques terroristes de Christchurch, survenues le vendredi 15 mars 2019 et qui avaient causé la mort de 51 personnes, avait aussi été salué. Dès le lendemain, elle avait étreint les familles des victimes, et s'était rendue sur les lieux du drame, trois jours plus tard. Au cours de ses allocutions, la première ministre avait su faire preuve d'une grande fermeté concernant le port d'armes à feu.

"L'APPEL DE CHRISTCHURCH"
 Engagée, la Néo-Zélandaise appelle à réguler Internet. En mai 2019, Jacinda Ardern coprésidait à Paris, avec Emmanuel Macron, l’«appel de Christchurch», un sommet réunissant des dirigeants politiques et des géants du numérique. L’objectif ? Les rallier à cet appel, qui entend empêcher la propagation sur Internet de «contenus à caractère terroriste». Comme cela a été le cas avec les attentats de Christchurch. L’assaillant australien de deux mosquées de la ville avait notamment diffusé les images de l’attaque en direct sur Facebook avant que la plateforme ne les supprime. Il avait en outre publié un manifeste, facilement consultable en ligne.
«Quand elle a pris le poste, les gens ne savaient vraiment pas comment elle allait gérer la pression, confiait alors Mark Talt, un Néo-Zélandais de 21 ans, au site Web de Franceinfo. J'étais de ceux-là. Mais oui, Jacinda fait vraiment du très bon boulot !» Le 15 mars, Jacinda Ardern prônait l'unité et taisait le nom du tueur, préférant énumérer ceux de ses victimes. Une réaction qui a impressionné ses compatriotes, séduits par cette femme engagée.
UNE ENFANCE MORMONE
Jacinda Ardern est née dans une famille mormone et a grandi à Murupara, une ville pauvre qu’elle évoque souvent en interview. Il n’était pas rare d'y croiser des enfants pieds nus et mal nourris. Son désir d’entrer en politique y prend racine. Sa famille déménage ensuite dans la banlieue d’Auckland, où Ardern finit le lycée et entreprend des études de communication. En parallèle, elle entame une carrière politique avant même sa majorité et intègre en 1999, à 17 ans, le parti travailliste néo-zélandais. Après deux premières expériences de campagne, Jacinda Ardern obtient un poste dans l’équipe de la première ministre Helen Clark, en fonction de 1999 à 2008, et qui devient son mentor.
Ardern abandonne sa religion en 2005 en raison des positions homophobes de l'Église mormone. La même année, elle s’envole pour l’Angleterre et accroît son expérience politique en travaillant pendant deux ans et demi au bureau du cabinet du premier ministre britannique, Tony Blair. À l’issue de cette période, elle est élue présidente de l’Union internationale de la jeunesse socialiste (IUSY) et voyage au Maghreb, au Liban, en Chine, en Jordanie et en Israël.
LA RESURRECTION DU PARTI TRAVAILLISTE
En 2008, Jacinda Ardern est choisie pour représenter le Parti travailliste à l’élection du député du district de Waikato - sans succès. Elle intègre toutefois le Parlement grâce à sa position sur la liste de son parti, et devient, à l’âge de 28 ans, le plus jeune membre de la Chambre des représentants. En 2011, elle candidate cette fois au poste de députée du centre d’Auckland. Face à elle, Nikki Kaye du Parti national de Nouvelle-Zélande, plus jeune qu’Ardern de quelques mois. La «bataille des bébés» - ainsi que la surnomme la presse néo-zélandaise - est remportée de justesse par Kaye, mais Ardern retourne une nouvelle fois au Parlement comme candidate de liste. Son soutien au leader du Parti travailliste, David Shearer, lui vaut un poste de porte-parole chargée du développement social, fonctions étendues en 2014 aux arts, à la culture, à la justice et au petit commerce.
Son ascension s'accélère en février 2017, lorsque Jacinda Ardern est élue députée dans la circonscription de Mount Albert. Très populaire lors des primaires travaillistes, elle est élue vice-présidente du parti en mars 2017. Son parti est alors à son plus bas niveau de popularité depuis vingt ans. À deux mois des élections législatives de septembre, le président du mouvement, Andrew Little, démissionne. Et Jacinda Ardern est choisie pour le remplacer. À 37 ans, elle devient le nouveau leader de l'opposition et le plus jeune chef de l’histoire du Parti travailliste.


COMMENTAIRES DE DIVERCITY
« ELLE EST SIMPLE , MODERNE,  CAPABLE D'EMPATHIE » « ATTITUDE TRES EXEMPLAIRE, BRAVO ! »

Je lis, parmi de francs éloges, pas mal  de commentaires sarcastiques qui dénoncent le comportement de cette Dame.
Mais ils sont l’expression de citoyens français vivant en France et
qui considèrent qu'ils détiennent la vérité. A chacun de faire sa propre opinion !  En voici quelques échantillons :   
 « Voilà le genre de politique que nous aimerions avoir en FRANCE ! Elle a des convictions, ce qui est bien, mais sans dogmatisme mais avec du pragmatisme ! C’est exactement ce qui manque à beaucoup de nos politiques de tous bords ! »
« Elle est moderne, simple. Tout le contraire de nos présidents de la République. Fonction qui ne sert plus à rien. »
« Comme quoi on peut trouver des Socialistes efficaces et performants ! Pas en France bien sûr, où ils sont toujours enlisés dans un modèle du début du vingtième siècle fondé sur la lutte des classes ! »
"Un accord prévoit ainsi une réduction de l'immigration de 25.000 personnes par an, et une renégociation de l'accord de partenariat transpacifique. Le but : y introduire une clause interdisant aux étrangers d'acheter des terres en Nouvelle-Zélande."
 « Encore une politique qui cherche une dimension internationale, en vue de son prochain recyclage dans un confortable pantouflage à la tête d'une grande organisation "non gouvernementale".
 « Attitude très exemplaire, bravo ! »
 « Jacinda Ardern a conquis le cœur de ses concitoyens par son comportement exemplaire par contre elle ne dit rien sur les islamistes formés dans la mosquée de Christchurch, les journalistes non plus d'ailleurs! »
 « Avec son petit air niais, elle veut faire reculer la haine... Souhaitons lui bonne chance. »
« La nouvelle icone de la goche bien pensante mondialiste. »
« J’adhèrerai à SOS RACISME lorsque ils mettront un S à racisme » Pierre Desproges
 « Au moins son programme a du sens. Pas comme celui de Macron ultraliberal. »
 « On aimerait voir la même “émotion” de la part du monde musulman, lors des attentats islamistes. »
« ..l'orgasme absolu du politiquement correct dont la presse main stream est en recherche... »
« « Quand les Néo-Zélandais auront autant de musulmans que chez nous, ils réagiront autrement et se diront que ce port du voile était inadmissible. »
« L'angelisme a son sommet. Les pays anglo saxons aiment beaucoup de surfer sur la bien-pensence mais ils tournent aussi vite dans l'autre extreme. Pour l'instant il n'y a que très peu de musulmans en NZ; on verra quand en aura plus de 10%. »
« "Dans la lignée du protectionnisme du Parti travailliste, un accord prévoit ainsi une réduction de l'immigration de 25.000 personnes par an, et une renégociation de l'accord de partenariat transpacifique. Le but : y introduire une clause interdisant aux étrangers d'acheter des terres en Nouvelle-Zélande. " 
 « Pourquoi ce foulard ? Les musulmans exigent vraiment que l'on fasse comme eux pour se sentir respectés ? Je ne pense pas. Si le premier ministre avait été un homme, il aurait mis la fausse barbe ? »
« Pourquoi ce foulard alors que nous savons tous que l'Islam ne le demande pas, le foulard est à la mode chez les frères musulmans et les intégristes ! C'est leur donner du crédit ! »
 « Il y a des pays qui ont la chance d'avoir des élus altruistes, compétents et capable d'empathie. D'autres, non ! »


Aucun commentaire: