dimanche 28 juin 2020

Le président de l'Open Vld réagit à la sortie de Rutten sur la N-VA: "Le passé est passé"


LA Libre Belgique

"Le passé est passé", affirme samedi sur Twitter le président de l'Open Vld Egbert Lachaert.
Sa prédécesseure Gwendolyn Rutten avait assuré vendredi soir sur la VRT que la N-VA avait explicitement demandé il y a un an à l'Open Vld et au CD&V de monter dans un gouvernement flamand avec le Vlaams Belang. Les propos de Gwendolyn Rutten ont suscité de nombreuses réactions. La question de savoir si l'Open Vld envisageait toujours la possibilité d'un gouvernement au fédéral avec la N-VA était posée.
Pour Egbert Lachaert, cette piste n'est donc pas écartée. "À une époque où des gens perdent leur emploi, où des entreprises font faillite, nous avons besoin d'un gouvernement capable de mener une solide politique de relance. Nous continuons à y travailler de manière constructive avec Georges-Louis Bouchez (président du MR) et Joachim Coens (président du CD&V). Un bon conseil: regardez en avant ce que vous pouvez faire ensemble. Le passé est passé", a tweeté le nouveau président des libéraux flamand.
Lors de la formation du gouvernement flamand l'an dernier, la N-VA avait explicitement demandé à l'Open Vld et au CD&V de monter dans un gouvernement avec le Vlaams Belang, a assuré vendredi Gwendolyn Rutten.
"Voici un an, alors que nous étions pleinement impliqués dans les discussions en vue de former un gouvernement en Flandre, la N-VA nous a dit tout comme au CD&V: rejoignez-nous dans un gouvernement N-VA-Vlaams Belang. Nous vous récompenserons généreusement, mais nous voulons faire participer le Vlaams Belang. Cette proposition a vraiment été sur la table et a été vraiment testée politiquement. Seule ma réponse a toujours été claire: non."


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ET DEMAIN ?

Madame Rutten lance un scoop sous forme de pavé dans la mare. Le plus important est ce qu’elle ne révèle pas à la presse : avec quel programme De Wever proposait au VLD de se coaliser avec le Belang ? Avait-il en tête de sortir la Flandre de l’Etat belge en proclamant son indépendance ?
Ce qui semble clair, c’est que cette hypothèse se précise à l’horizon  2024, lors de la prochaine  échéance électorale. Il est fort à parier qu’en 2024, NVA et Belang coalisés n’auront même plus besoin du VLD pour obtenir ensemble la majorité absolue en Flandre.
Mais pourquoi Rutten fait-elle cette révélation maintenant ?
"The past is past" sera la réponse lapidaire de son successeur à la présidence du Open Vld Egbert Lachaert.
« The past is past » affirme Lachaert sur Twitter. Sans doute pense-t-il secrètement que « the  past » pourrait très bien être « the future »… Et quid de « the present » ? On fait quoi maintenant que Sophie Wilmès est quitte de ses pouvoirs spéciaux ? 
Et que devient le roi Philippe qui « normalement » est  l’arbitre de tels conflits en période post-électorale. On le voit à vélo en famille à Bokrijk, on le voit visiter le port d’Anvers, on le voit en visite au 10e wing tactique, de Kleine-Brogel (Limbourg), se déclarant "jaloux" des huit pilotes qui s'apprêtaient pour une mission de combat aérien simulé au dessus de l'Ardenne belge…Le roi Philippe est partout, sauf dans son Palais de Bruxelles en train de consulter les présidents de partis. Comme c’est étrange. Et plus étrange encore : ni le grand constitutionaliste francophone Uytendaele ni son homologue flamand Vuye ne s’expriment sur ce sujet, eux d’habitude si prompts à relever toute anomalie constitutionnelle.
MG



Aucun commentaire: