mardi 7 juillet 2020

Bouchez "clivant", Rousseau et son "image de jeune, intelligent", De Wever et ses "petites déclarations choc": nos politiciens décryptés par un prof de psychologie


Stéphanie Demoulin, prof de psychologie et spécialiste de la négociation politique, préconise de faire intervenir des médiateurs. La Libre Belgique

Voici 605 jours que notre pays fonctionne sans coalition majoritaire. Le record mondial des 541 jours est en quelque sorte battu. Beaucoup a été écrit sur l’incapacité de Paul Magnette, Georges-Louis Bouchez, Bart De Wever et cie à trouver un compromis auquel leurs prédécesseurs parvenaient encore. L’aspect psychologique des discussions n’a que peu été abordé. "Lors de la crise des 541 jours, le sujet était dans toutes les conversations. Aujourd’hui, si vous allez à un souper, les gens n’en parlent plus. Ils sont dans une forme d’impuissance acquise, dans le ‘ça ne sert à rien’. Cela ne les affecte plus, il n’y a plus d’attente. Les politiciens en sont forcément impactés ", pointe Stéphanie Demoulin, professeure à l’UCL et spécialiste en négociations politiques. " Les négociateurs et présidents de partis présentent des profils différents, des positions opposées. Le souci principal : ils considèrent les négociations sous l’angle de la compétitivité. On est face à un biais de somme nulle : tout ce que je vais gagner, l’autre va le perdre", ajoute cette professeure en sciences psychologiques. "Or, dans une négociation, on peut aussi potentiellement faire de la négociation coopérative, où il n’y a pas forcément deux perdants. Mais les négociateurs ne voient pas ces possibilités de gagner ensemble.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ET SI ON PSYCHANALISAIT BELGICA ?

Psychanaliser nos présidents de partis pour détecter les ressorts profonds qui les animent. Pourquoi pas ? Et si on couchait plutôt dame Belgique sur le divan, cela donnerait quoi ? Sans doute dirait-elle, sous hypnose, comme le Faust de Goethe
« Zwei Seelen wohnen, ach! in meiner Brust,
die eine will sich von der andern trennen »

Deux âmes habitent ma poitrine, la première aspire à se séparer de l’autre.
 Mais attention, paradoxe des paradoxes : tel est certes le fantasme de nos politiciens mais il est contredit par les aspirations  profondes des Belges. Diagnostic : schizophrénie.
La schizophrénie se caractérise par des distorsions de la pensée, des perceptions, des émotions, du langage, du sentiment de soi et du comportement.  Le mot schizophrénie signifie « maladie de la scission de l’esprit »
Les patients souffrant de schizophrénie ont une espérance de vie réduite de 10 ans par rapport à la population générale.
Environ la moitié des malades fait au moins une tentative de suicide dans sa vie et 10 % en meurent.
Seuls de rares cas donnent lieu à des accès de violence au cours d’une crise, et cette agressivité est le plus souvent tournée vers le patient lui-même. Put that in your pipe and smoke it.
MG



Aucun commentaire: