samedi 4 juillet 2020

Jean Castex, le nouveau Premier ministre français: «Les priorités devront évoluer, les méthodes aussi»


Le président français Emmanuel Macron a nommé Jean Castex au poste de Premier ministre, en remplacement d’Edouard Philippe.
Le Soir

Le nouveau Premier ministre Jean Castex a affirmé vendredi vouloir « plus que jamais réunir la Nation » face à la crise économique et sociale qui est « déjà là » avec le coronavirus.
« La crise sanitaire, vous l’avez dit, n’est malheureusement pas terminée. Les regards que nous pouvons porter à cet égard sur les pays qui nous entourent le démontrent. La crise économique et sociale, elle est déjà là. Les priorités devront donc évoluer. Les méthodes aussi et il nous faudra plus que jamais réunir la nation pour lutter contre cette crise qui s’installe et surtout dans la continuité des réformes que vous avez entreprises pour faire en sorte que nous en sortirons plus forts et plus solidaires », a déclaré Jean Castex lors de la passation de pouvoir avec son prédécesseur Edouard Philippe, ajoutant qu’une « nouvelle étape du quinquennat s’ouvre ».
Edouard Philippe à Castex : « Soyez bon ! »
« Connaissant votre sens politique comme votre rigueur intellectuelle, je n’ai aucun doute sur le fait que vous saurez (…) prendre les bonnes décisions » : Edouard Philippe s’est montré laudateur envers son successeur Jean Castex, vendredi, lors de leur passation de pouvoir à Matignon.
Après un entretien entre les deux hommes, le désormais ex-Premier ministre a d’abord salué « l’intelligence », la « connaissance fine du pays », le « sincère attachement à l’État » du nouveau locataire de Matignon, dont il avait fait il y a trois mois le « Monsieur déconfinement » du gouvernement.
En retour, Jean Castex a loué chez son prédécesseur un « style Edouard Philippe » mêlant « clairvoyance », « hauteur de vues » et enfin « l’élégance dans tous les sens de ce terme ».


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
« TOUT CHANGER POUR QUE TOUT DEMEURE COMME AVANT »

C’est ce que lance Tancrède à Fabrice le Guépard dans le beau film de Visconti.  Edouard Philippe sort côté cour de Matignon, Jean Castex fait son entrée côté jardin. L’un et l’autre sont énarques, de droite et maires élus. Cherchez la différence ! Edouard serait plus parisien, plus jacobin, moins rond que son successeur mais surtout il ferait trop d’ombre à Macron, ne lui permettant pas, comme il dit, « de se réinventer. » Se réinventer comment ? En devenant « en même temps » premier ministre et Président et en lançant dès à présent sa campagne électorale pour2022. Le pari est risqué et semble déplaire aux Français :57% plébiscitent E. Philippe et le regrettent déjà.   Reste à savoir comment sera constitué le nouveau gouvernement. Un badigeon vert sans Europe écologie, évidemment et un ou deux super ministères. Pour le reste on reprend le même cap en espérant qu’un nouvel équipage rendra possible un second quinquennat. Marine Le Pen se tait dans toutes les langues : le temps travaille en sa faveur. 
La Cinquième République est « en marche » vers l’inconnu.
MG

LE NOUVEAU PREMIER MINISTRE A EGALEMENT INDIQUE VOULOIR « OUVRIR DES CONCERTATIONS » AFIN D'ELABORER « UN NOUVEAU PACTE SOCIAL », LORS DE SA PREMIERE INTERVIEW.
Le Point
C'était le premier grand oral de Jean Castex. Le nouveau Premier ministre était invité au 20 heures de TF1, à peine quelques heures après la passation de pouvoir qui a eu lieu à Matignon avec Edouard Philippe. Celui qui était connu jusqu'alors comme le Monsieur déconfinement a commencé à détailler son plan d'attaque pour les prochaines semaines. Jean Castex a indiqué vouloir « ouvrir des concertations » afin d'élaborer « un nouveau pacte social », dessinant ainsi une méthode qu'il précisera lors de sa déclaration de politique générale attendue « en milieu de semaine prochaine ». Le nouveau Premier ministre a affirmé vouloir « aller vite pour désigner le gouvernement le plus vite possible ». Interrogé sur TF1 pour savoir si ce pourrait être avant lundi, il a répondu : « nous ferons tout pour ».
 « Avant de donner les solutions, je souhaite ouvrir des concertations, que l'on en discute avec la Nation, avec les partenaires sociaux, dans les territoires, avec tous les acteurs pour associer le plus possible à la recherche de solutions », a assuré Jean Castex. « Tout ne peut pas se décider depuis Paris. Je crois aux territoires, je crois à la confiance et aux valeurs de responsabilité », a-t-il insisté.
 « Je souhaite prononcer mon discours de politique générale au milieu de la semaine prochaine, l'objectif c'est d'être à pied d'oeuvre le plus vite possible », a-t-il encore martelé, alors que les travaux parlementaires sont suspendus dans l'attente du nouveau gouvernement. Les débats sur le troisième budget de crise n'ont pu se terminer vendredi et lundi devait démarrer à l'Assemblée la deuxième lecture du projet de loi de bioéthique, qui ouvre la PMA à toutes les femmes.
« L'ECOLOGIE N'EST PAS UNE OPTION »
Interrogé sur ses priorités, Jean Castex a assuré que « l'écologie n'est pas une option », alors que les Verts lui reprochent d'être « un homme de droite, qu'on n'a jamais entendu sur l'écologie ». « Je crois qu'elle est désormais entrée dans toutes les têtes, elle transcende la classe politique », a-t-il souligné, alors que les dernières élections municipales ont été marquées par une percée verte dans les grandes villes.
Concernant le plan de relance économique, celui-ci « est en cours de préparation » et sera « présenté très rapidement ». Il reposera sur « des choix orientés qui permettent de reconstruire, de gagner en souveraineté économique, d'avoir une France plus économe du point de vue du respect de l'environnement », a affirmé Jean Castex.
Confiant avoir « ressenti une forte émotion » à l'annonce de sa nomination, Jean Castex a observé qu'on ne pouvait « pas se dérober quand il s'agit de servir son pays, particulièrement dans les circonstances actuelles ». Interrogé sur ses valeurs, Jean Castex a notamment insisté sur la « laïcité ». « Je ne peux pas admettre certains comportements, certaines déviances, certains replis sur soi, certains communautarismes », a-t-il fait valoir.

Aucun commentaire: