dimanche 9 août 2020

Blankenberge interdit les touristes d'un jour dimanche suite à une bagarreLe VifLes touristes d'un jour seront interdits à Blankenberge dimanche, à la suite de la bagarre générale survenue sur une plage samedi, a indiqué dans un communiqué tard dans la soirée la bourgmestre Daphné Dumery (N-VA). Elle ne souhaite pas non plus que des trains arrivent entre 9 et 16h00La chaleur de ce samedi a attiré bon nombre de touristes à hauteur du Weststraattrap, à l'ouest de la commune, où une bagarre générale a éclaté en fin d'après-midi, faisant voler sable, parasols et autres projectiles. Selon les images qui circulent, un policier a également été attaqué avec un parasol.Selon les autorités communales, la plupart des fauteurs de troubles ont été arrêtés et bannis. "Ils ne sont donc temporairement plus autorisés à entrer sur le territoire de la commune", a précisé la bourgmestre. Il s'agirait pour la plupart de personnes ayant déjà quelques infractions pénales à leur actif.Les événements de samedi ont poussé la commune à prendre des mesures, dont l'interdiction de touristes d'un jour dimanche. "Nous avons besoin d'un temps mort", justifie la bourgmestre.Seuls les habitants, les propriétaires d'une seconde résidence ou les touristes qui restent plusieurs jours seront autorisés dimanche. Des contrôles de police sont prévus aux différents accès à la station balnéaire. "Quiconque vient à Blankenberge doit donc avoir une raison valable pour y accéder. Avec cette mesure, nous tentons de rétablir le calme."La commune demande aussi aux de ne pas laisser de trains y arriver entre 9 et 16h00. "Nous attendons un signal clair."Bagarre à Blankenberge: les fauteurs de trouble étaient connus à Bruxelles comme faisant partie "d’une bande urbaine"Société J. La. Abonnés Publié le 09-08-20 à 20h27 - Mis à jour le 09-08-20 à 20h30Les images prises à la Côte ont vite, par la grâce d’Internet, fait le tour du monde. Elles montrent la police intervenant en nombre samedi en fin d’après-midi pour ramener le calme à Blankenberge.En cause, un groupe de Bruxellois venus pour une journée à la Côte. Ils n’étaient - vu la canicule - pas les seuls. La plage était bondée. Il semble, comme l’a dit un barman de plage, que les incidents ont éclaté après que des stewards sont venus faire une remarque à ces Bruxellois qui écoutaient de la musique plein pot. La marée était montante, imposant à chacun de bouger.COMMENTAIRE D EDEIVERCITYCA VA BOUILLIRUn climat de haine et de tension une bouffée de violence et de frustration gangrène nos sociétés. Rien ne va plus entre les communautés du pays dit d’accueil et du pays dit d’origine. Cela cogne dans les banlieues mais aussi sur les plages de sable de la Vlaamse kust. Les esprits alarmistes y décèlent les prémices d’une guerre civile. Gardons la tête froide mais soyons vigilants : les symptômes s’accumulent, les incidents se multiplient. Evitons l’alarmisme autant que l’angélisme. Ouvrons les yeux avec discernement.MG


Le Vif

Les touristes d'un jour seront interdits à Blankenberge dimanche, à la suite de la bagarre générale survenue sur une plage samedi, a indiqué dans un communiqué tard dans la soirée la bourgmestre Daphné Dumery (N-VA). Elle ne souhaite pas non plus que des trains arrivent entre 9 et 16h00
La chaleur de ce samedi a attiré bon nombre de touristes à hauteur du Weststraattrap, à l'ouest de la commune, où une bagarre générale a éclaté en fin d'après-midi, faisant voler sable, parasols et autres projectiles. Selon les images qui circulent, un policier a également été attaqué avec un parasol.
Selon les autorités communales, la plupart des fauteurs de troubles ont été arrêtés et bannis. "Ils ne sont donc temporairement plus autorisés à entrer sur le territoire de la commune", a précisé la bourgmestre. Il s'agirait pour la plupart de personnes ayant déjà quelques infractions pénales à leur actif.
Les événements de samedi ont poussé la commune à prendre des mesures, dont l'interdiction de touristes d'un jour dimanche. "Nous avons besoin d'un temps mort", justifie la bourgmestre.
Seuls les habitants, les propriétaires d'une seconde résidence ou les touristes qui restent plusieurs jours seront autorisés dimanche. Des contrôles de police sont prévus aux différents accès à la station balnéaire. "Quiconque vient à Blankenberge doit donc avoir une raison valable pour y accéder. Avec cette mesure, nous tentons de rétablir le calme."
La commune demande aussi aux de ne pas laisser de trains y arriver entre 9 et 16h00. "Nous attendons un signal clair."


Bagarre à Blankenberge: les fauteurs de trouble étaient connus à Bruxelles comme faisant partie "d’une bande urbaine"
J. La.
Les images prises à la Côte ont vite, par la grâce d’Internet, fait le tour du monde. Elles montrent la police intervenant en nombre samedi en fin d’après-midi pour ramener le calme à Blankenberge.
En cause, un groupe de Bruxellois venus pour une journée à la Côte. Ils n’étaient - vu la canicule - pas les seuls. La plage était bondée. Il semble, comme l’a dit un barman de plage, que les incidents ont éclaté après que des stewards sont venus faire une remarque à ces Bruxellois qui écoutaient de la musique plein pot. La marée était montante, imposant à chacun de bouger.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CA VA BOUILLIR
Un climat de haine et de tension, une bouffée de violence et de frustration gangrène nos sociétés. Rien ne va plus entre les communautés du pays dit d’accueil et du pays dit d’origine. Cela cogne dans les banlieues mais aussi sur les plages de sable de la Vlaamse kust. Les esprits alarmistes y décèlent les prémices d’une guerre civile. Gardons la tête froide mais soyons vigilants : les symptômes s’accumulent, les incidents se multiplient. Evitons l’alarmisme autant que l’angélisme. Ouvrons les yeux avec discernement.
MG

Aucun commentaire: