dimanche 23 août 2020

Manifestation à Saint-Gilles après un incident entre la police et trois jeunes femmes


Manifestation à Saint-Gilles après un incident entre la police et trois jeunes femmes
La gestion policière d’un cas de harcèlement sexiste fait grand bruit et interpelle.

Entre 100 et 200 personnes, principalement des femmes, ont manifesté samedi en début de soirée à Saint-Gilles, en Région bruxelloise. Elles protestaient contre des violences policières présumées commises à l’encontre de trois jeunes femmes. Celles-ci demandaient l’aide des agents, après avoir été sexuellement intimidées par un homme. Mais une altercation entre la police et les jeunes femmes s’en est suivie. Finalement, elles ont été interpellées et ont reçu une amende.
Les manifestants ont scandé des slogans tels que «hystériques et légèrement vêtues», «habille-toi en cowboy», «mon corps, mon choix et tais-toi», «le virus, c’est Uneus» ou encore «police partout, justice nulle part». Les manifestants exigent la fermeture d’Uneus, le service de police de proximité de la zone de police de Bruxelles-Midi (Anderlecht, Saint-Gilles, Forest).
Les manifestants se sont rendus devant le commissariat de police et l’hôtel de ville de Saint-Gilles. Les organisateurs avaient demandé aux manifestants de s’habiller en tenue légère.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE FOSSE S’INSTALLE ET S’ELARGIT

Pas le moindre foulard et zéro nigab, hidjab et aucune  burka. dans la manifestations des « hystériques en tenue légère ». Rien que des femmes en mini jupes et tenues légères, toutes blanches, absulument toutes, jeunes  et masquées pour raison sanitaire. Des slogans minutieusement et malicieusement préparés, scandés avec discipline. Le fossé s’installe entre les joyeuses libertaires et les policiers saint-gillois pointés  du doigt en même temps que leur bourgmestre.
Nouvelles tensions locales avant un automne de tous les affrontements.
MG

Aucun commentaire: