vendredi 18 septembre 2020




COMMENTAIRE DE DIVERCITY
EN ECOUTANT LES « QUATRE SAISONS »

En scannant la presse ce matin, sur le mode de «  la lecture de la presse est la prière quotidienne de l’honnête homme », ne trouvant rien de très sexy à me mettre sous la dent pour le commenter je tombe enfin sur le Kroll du jour et je me dis :eureka, le Kroll, mais c’est bien sûr. Vivaldi en pleine perplexité dans la posture du penseur de Rodin méditant du point de vue de Sirius l’état de la belge situation. Perplexité quand tu nous tiens. Je sirote mon thé chaud  du matin aux herbes du jardin et prends la posture méditative de Vivaldi dessiné par Kroll. Je suis ce Vivaldi, nous sommes tous ce Vivaldi.
J’adore Vivaldi mais je ne puis plus souffrir ses quatre saisons tellement entendues sur toutes les ondes, dans les grands magasins, partout, on n’en peux plus de ce Vivaldi là. C’est exactement comme cette crise de régime belge qui nous conduit droit au séparatisme. On n’en peut plus ; Philippe faites quelque chose : enfermez les à clé dans un de vos châteaux, mettez les au vert à Ciergnon par exemple. Ne les libérez  que quand sortira la fumée blanche de votre royale cheminée.
Qu’ils fassent surgir un premier ministre du chapeau : Sophie, Koen, le fils de Croo ou le père Vande Lanotte on s'en fout pourvu qu’on en finisse et qu’on passe enfin à autre chose, cette autre crise qui nous ronge et nous gangrène le moral : la peste soit de ce maudit covid 19, je le mets en minuscule quoiqu’il exige de nous une majuscule attention.
MG 


Aucun commentaire: