mardi 22 septembre 2020

François De Smet (Défi) sur les négociations fédérales: «C’est une mauvaise sitcom»


Le Soir

Le président de Défi s’est déclaré « assez consterné » par la situation. Il craint un rejet de la classe politique par les électeurs.
François De Smet a réagi à l’actualité politique ce mardi au matin au micro de BelRTL. Le président de Défi s’est déclaré « assez consterné » par le développement des négociations fédérales. « C’est une mauvaise sitcom et ça en devient ridicule, a-t-il poursuivi. C’est Hélène et les garçons. »
Le décalage entre les enjeux et le comportement des hommes politique est grave, estime également François De Smet. Ce dernier craint un rejet de la classe politique par les électeurs.
 « Je crois que le Roi a eu raison de refuser la démission, affirme par ailleurs le président de Défi. Aller aux élections ne résout rien. »


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
REJET DE LA CLASSE POLITIQUE PAR LES ELECTEURS ?
Que veut Bouchez ? Faire échouer Vivaldi pour continuer à gouverner le pays en affaires courantes avec sept ministres, un commissaire européen et la présidence du sénat ?
C’est puéril !
Le président de la N-VA est persuadé que les libéraux craignent de devoir ramper face aux demandes des autres partis. « Selon moi, ils iront plus loin. Nos amis bleus devront se mettre à genoux » « Nous les briserons dans l’opposition .»« Les  bleus devront se mettre à genoux, ouvrir la bouche et avaler tout ce qu’il faudra »
Le député N-VA Theo Francken en remet une couche et plaide pour « un accord entre le PS, plus grand parti et force dominante en Wallonie, et la N-VA, plus grand parti et force dominante en Flandre, par ailleurs. Si cet accord n’advient pas maintenant, alors ce sera le cas en 2024 ou 2028. Cet accord doit survenir pour remettre ce pays sur les rails et lui donner une nouvelle direction ».
Alors retour aux urnes ? Aucun parti n’en veut hormis les nationalistes du Belang et les pétébistes. Les Belges n’en peuvent plus de ce shadow boxing, de ce théâtre d’ombres avec des acteurs lamentables  qui ne savent pas leur texte et s’agitent dans une pièce sans auteur.  Une "farce", "un spectacle lamentable commente het Laatste Nieuws. "C'est la commedia dell'arte dans le plus minable des  théâtres : à part quelques journalistes politiques qui baillent il n’y a plus personne dans la salle mais le rideau ne tombe pas. 485 jours de tergiversations, un record mondial d’indécision politique. »
 « Une chose est certaine ce sera la sanction électorale la plus cinglante de l’histoire belge. Cette obsession qui fait paniquer le présidentde parti semble être la seule raison pour laquelle les conversations se poursuivent".
François De Smet est un sage, il n’est pas philosophe pour rien : un rejet de la classe politique par les électeurs est vraiment à redouter.
MG


Aucun commentaire: