lundi 21 septembre 2020

Maxime Prévot (CDH): "Quand on fait n'importe quoi, on devient n'importe qui"


Olivier Mouton
Rédacteur en chef adjoint du Vif/L'Express

Le président humaniste attaque vivement son homologue libéral... sur fond d'une rivalité exacerbée par l'exclusion du CDH de la Vivaldi et les désaffections à la Ville de Bruxelles.
Maxime Prévot, président du CDH, était remonté ce matin sur la RTBF, alors que les négociations de la Vivaldi tavèrsent une période de turbulence. "Je ne suis pas autour de la table, dit-il. Je ne peux pas donner des bons et mauvais points aux uns et aux autres. Mais il y a des attitudes récurrentes. Quand on fait de la politique, on aime les médias, mais il faut résister à la tentation de sauter sur tout ce qui bouge pour faire parler de soi. À force de faire n'importe quoi on devient n'importe qui."
Une façon de critiquer Georges-Louis Bouchez, dont il n'a toutefois pas cité le nom. Et une allusion remarquée à Rémi Gaillard, vidéaste et activiste de la cause animale français qui avait pris cette phrase pour slogan.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
L’ARROSEUR ARROSE

Il court il court le Bouchez. Il est passé par ici, il repassera par là. Il rêve de conquérir trente %des électeurs francophones au prochain scrutin mais ne réussit qu’à agacer le landerneau politique. Il est vrai qu’il pratique le mantra de feu Roger Nols et de Donald Trump : en mal ou en bien, peu importe l’essentiel est qu’on parle beaucoup de lui dans les media. Objectif réussi. « George-Louis Bouchez, l’homme au masque tricolore belgicain bloquerait la formation Vivaldi dans le seul dessein  de maintenir en selle  ses sept ministres libéraux. Si Vivaldi capote ce sera par sa faute » commente Het Laatste Nieuws.
Mais qu’attendent les Prévot (CDH) les Desmedt (Défi) et les dissidents du MR adversaires de Bouchez aux élections à la présidence du MR pour lancer enfin une formation qui s’inspire du libéralisme social cher à Louis Michel le père, pas Michel le fils bien évidemment ?
MG

ANDERE VOORZITTERS ZIJN GEDRAG BOUCHEZ BEU: “ALS HET MISLUKT, IS HET ZIJN SCHULD”
Het Laatste Nieuws

In de laatste sprint naar de eindmeet steekt naar verluidt één onderhandelaar stokken in de wielen van de Vivaldi-fiets. MR-voorzitter Georges-Louis Bouchez speelt het hard, want met zijn zeven ministers vandaag heeft hij veel te verliezen. “Hij blokkeert werkelijk alles.” Trekken de preformateurs straks met lege handen naar de koning?

Aucun commentaire: