lundi 2 novembre 2020

Confinement: Six semaines pour...

Anne-Sophie Bailly
Rédactrice en chef
Le Vif

La Belgique se reconfine pour six semaines. Six semaines pour sauver des vies mais aussi pour réfléchir à une stratégie de sortie de crise. Collective.
Une semaine, deux même. C'est le retard pris par le gouvernement De Croo pour faire siennes les recommandations des scientifiques et accéder aux demandes urgentes du corps médical. Pour chercher à atteindre cet inaccessible point d'équilibre entre gestion de l'urgence sanitaire, sauvegarde de l'économie, préservation de la santé mentale. Pour parvenir à surmonter les divergences d'approche entre le Nord et le Sud du pays.
Mais c'est désormais décidé, et à l'unanimité des entités fédérale et fédérées, la Belgique reconfine pour six semaines.
Six semaines pour sauver des vies. Pour désengorger les unités de soins intensifs. Pour faire retomber un peu la pression sur le personnel soignant. Pour éviter que faute de moyens, on ne doive opérer des choix entre des vies.
Six semaines de mise sous cloche drastique mais indispensable, tant que la limitation des contacts physiques sera l'arme privilégiée pour bloquer la propagation du virus.
PUBLICITÉ
Et selon les cas aussi six semaines d'enfermement. D'isolement. De stress et d'angoisse. De repli sur soi. De consultations frénétiques du compte en banque.
Six semaines aussi à passer d'un pyjama de jour à un pyjama de nuit. A binge watcher des séries. A télétravailler en jonglant avec la garde des enfants. A refaire du pain au levain et des balades dans le quartier.
Six semaines où tout cela se mêlera un peu ou beaucoup.
Six semaines, à nouveau pour réfléchir. Pour faire le point sur toutes ces promesses qu'on s'était faites au printemps dernier. Ou qui avaient été faites à d'autres. Et qui se sont perdues dans la frénésie du retour à la vie normale.
Six semaines pour enfin se pencher sur des solutions et une stratégie de sortie de crise. Pour ne pas répéter les erreurs de l'entre-deux vagues. Pour travailler sur des sentiments positifs, comme la motivation d'atteindre un objectif commun. Pour apprendre à jouer collectif.
Pour ne pas avoir comme horizon de vie une alternance de confinements et déconfinements.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UN NOUVEAU DEPART POUR PENSER A SOI ET« PENSER CONTRE SOI ! »  

Six semaines d'enfermement. D'isolement. De stress et d'angoisse. De repli sur soi. Six semaines, à nouveau pour réfléchir. Pour faire le point sur toutes ces promesses qu'on s'était faites au printemps dernier.
N’est ce pas  le moment de faire ce qu’on appelait autrefois son examen de conscience, ré hiérarchiser ses priorités, se recentrer sur les vraies priorités, de faire un tri et de balancer tout ce qui encombre : objets encombrants, amitiés superficielles, addictions aux voyages, aux déplacements inutiles, à l’intoxication médiatique.
N’est-ce pas le moment de se recentrer, sur ses proches, la musique  les bons livres, les excellents penseurs, les sages et surtout, surtout les choses simples, essentielles. Soustraire donc et alléger, jeter du lest et lâcher prise. Retrouver le silence des forêts, la douceur des campagnes, la clameur océanique… Se retrouver !  
MG

LES CONSEILS DE KROLL POUR MAITRISER LES SIX REGLES D'OR CONTRE LE CORONAVIRUS
Lutter contre le coronavirus est l’affaire de chacun. Six règles d’or constituent le code de conduite qui doit permettre à chacun de se protéger mais aussi de protéger les autres. Aujourd’hui, les règles d’hygiène.


Elles sont six. Six règles d’or à respecter qui sont autant de boucliers contre le sras-cov 2. Sciensano, Sophie Wilmès, Frank Vandenbroucke et bien d’autres les ont maintes fois ânonnées. Rappelons-les : le respect des règles d’hygiène, la préférence donnée à la pratique en extérieur des activités, une attention particulière pour les personnes vulnérables, le souci des distances interpersonnelles (1,5 mètre minimum), la limitation des contacts rapprochés et l’observation des règles de rassemblements. Ces précautions se recoupent fatalement à certains moments. Frappées du bon sens à tous les coups, fastidieuses en certaines occasions, elles restent le meilleur moyen de contrer la maladie. Pour commencer, voici quelques règles d’hygiène de base.
2
Gardez vos mains en poche. Une fois contaminées, elles peuvent transporter le virus jusqu’à vos yeux, votre nez ou votre bouche. De là, le virus peut pénétrer dans votre organisme et vous rendre malade. 
3
Veillez à limiter la diffusion de vos éternuements ou de votre toux en vous couvrant le nez et la bouche d’un mouchoir ou, à défaut, de vos mains, puis lavez celles-ci immédiatement. Dans l’urgence, utilisez l’ouverture du coude pour tousser. En mode courant, éternuez et mouchez-vous dans un mouchoir en papier. Ne l’utilisez qu’une seule fois et jetez-le ensuite dans une poubelle fermée
4
Évitez de serrer la main ou d’embrasser votre interlocuteur, a fortiori s’il s’agit de personnes à risque (+ de 65 ans, problèmes de santé). Les contacts étroits, inférieurs à 1,5 m, contribuent à propager le virus. Les Belges, c’est bien connu, aiment s’embrasser, jouer collé-serré. 
En cas d’infection, faire chambre à part vous sera chaudement recommandé.
5
Le masque doit être porté partout où il est obligatoire. Pour le mettre, lavez-vous d’abord les mains soigneusement et ne touchez que les élastiques ou rubans d’attache. Celui-ci doit couvrir le nez, la bouche et le menton et ne peut pas être ouvert sur les côtés. Il faut éviter de l’enlever et de le remettre trop souvent. Prenez un nouveau masque toutes les 8 heures. Si vous devez beaucoup parler, changez toutes les 4 heures. Le masque doit être lavé à 60ºC. Attention : le masque gratuit que vous pouvez aller chercher à la pharmacie doit être lavé à maximum 30ºC et ne peut être utilisé que 30 fois.
6
Si, malgré tout, vous êtes malade, restez à la maison. Il est essentiel de casser les chaînes de transmission du virus. Sortir de chez soi alors que l’on est atteint du covid présente le risque de contaminer d’autres personnes. Aux premiers symptômes, commencez par contacter votre toubib. Il rédigera une ordonnance pour un test PCR. Si celui-ci est positif, vous resterez en quarantaine pendant 7 jours après le début des symptômes pour autant que vous ayez fait 3 jours sans fièvre et que votre état général se soit amélioré. Les proches aussi devront rester en quarantaine.

Aucun commentaire: