mercredi 11 novembre 2020

Face à la menace, Charles Michel préconise la création d'un "Institut européen pour la formation des imams"


Belga

Le président du Conseil européen, Charles Michel, s'est dit favorable lundi à la création d'un "Institut européen pour la formation des imams", après avoir rendu hommage aux victimes de l'attentat islamiste perpétré la semaine dernière à Vienne.
"Il est très important d'être ferme par rapport à cela. Je pense, par exemple, que l'on devrait sur le plan européen avoir des débats en lien avec l'idée qui avait été évoquée il y a quelque temps de mettre en place un Institut européen pour la formation des imams", a-t-il déclaré devant la presse.
Il s'agit de "s'assurer que ce message de tolérance, d'ouverture, puisse être véhiculé sur le plan européen (...), de s'assurer que la primauté de la loi civile est acceptée", a poursuivi l'ex-Premier ministre belge.
Il s'exprimait aux côtés du chancelier autrichien Sebastian Kurz, à la veille d'un mini-sommet par visioconférence qui réunira les deux dirigeants, le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel.
M. Michel, venu témoigner à Vienne de "l'amitié européenne", s'était auparavant recueilli sur les lieux de l'attaque jihadiste, où les Viennois ont déposé des centaines de bougies pour rendre hommage aux quatre personnes tombées sous les tirs de Kujtim Fejzulai, il y a tout juste une semaine au coeur de la capitale autrichienne.
"Nous considérons que cette menace terroriste est une menace fondamentale, grave, sérieuse, contre les valeurs qui fondent le projet européen et nous n'avons pas l'intention de faire preuve de faiblesse, de laxisme", a martelé le président du Conseil européen.
Il a aussi évoqué avec M. Kurz le sujet des combattants voulant rejoindre les rangs du jihad et parmi eux, de ceux revenus, à l'instar de l'assaillant de Vienne.
"Il est important d'avoir des stratégies communes pour assurer le monitoring de ces personnes, les processus de déradicalisation ne sont pas si simples", a souligné Charles Michel.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
« UNE MENACE TERRORISTE FONDAMENTALE, GRAVE, SERIEUSE, CONTRE LES VALEURS QUI FONDENT LE PROJET EUROPEEN »

Le danger d'un Islam politisé, à savoir l’islamisme est en général fortement  sous-estimé. Il est préoccupant qu'une partie de la classe politique étouffe ce débat. Partout en Europe, la mise à l’index de toute discussion sur l'islamisation des sociétés parallèles par la gauche fait le jeu des islamistes. Cela rappelle dangereusement la situation en Iran peu avant et pendant la révolution islamique de 1979.
Dans les quartiers  des métropoles européennes investis par les migrants, on observe les progrès visibles  de l'islamisme: des jeunes hommes barbus et des  femmes à demi demi-voilées ou même entièrement voilées dominent de plus en plus l’espace public. 
Il est clair que cette évolution est fortement induite par le travail pédagogique et l’action caritative des mosquées gérées par un personnel religieux souvent salafiste et/ou proche des frères musulmans , importé des pays d’origine des communauté immigrées, tant maghrebine (surtout marocaine et wahabite) que turque (sous la main de fer d’ Erdogan)
Depuis sa création, il y a plus de dix ans, ce blog plaide pour une formation universitaire des imams, des aumôniers et des professeurs de religion, chez nous en Europe. Tant qu’il était premier ministre de l’Etat fédéral belge, Charles Michel s’est totalement désintéressé de ce problème. Voici qu’il se réveille dans son costume de président du conseil européen en prônant la création d'un "Institut européen pour la formation des imams"
Reste à savoir s’il s’agit d’une compétence européenne. Reste à se demander si c’est compatible avec la sacro sainte séparation entre culte et pouvoir politique. Reste à déterminer où seront situés ce ou ces instituts ; qui seront les enseignants qui dispenseront les formations et dans quelle langue. En anglais ? Qui financera le projet ? On aimerait quelques éclaircissement au-delà de la simple déclaration d’intention
Certes, "il est important d'avoir des stratégies communes pour assurer le monitoring de ces personnes, les processus de déradicalisation ne sont pas si simples", a souligné Charles Michel.
Nos élites économiques ont exigé l’importation de main d’œuvre à bas prix partout en Europe avant de délocaliser les industries hors Europe. Les autorités politiques ont largement négligé l’intégration culturelle des populations migrantes en les abandonnant à elles–même tout en sollicitant leurs suffrages électoraux par un excès de clientélisme et en encourageant même la dynamique communautariste qu’on su exploiter habilement les courants salafistes et frères musulmans, comme par exemle à Molenbeek. Et voici que soudain, Louis Michel qui sait tout cela parfaitement se réveille enfin. 
Il fallait d’emblée envisager une modernisation de l’islam pour éviter l’islamisation de nos cités européennes.
MG  


Aucun commentaire: