mercredi 17 mars 2021

Le télétravail aurait fait grimper la productivité des salariés de 22 %


Selon les calculs de l’institut Sapiens, cette efficacité a notamment contribué à préserver plus de 200 milliards d’euros de PIB en 2020.
Par Hayat Gazzane
 
La motivation des salariés en télétravail serait plus importante. Marguerite De Valois / stock.adobe.com
Le télétravail rend les salariés plus efficaces. C’est ce qui ressort de l’étude publiée ce lundi par l’Institut Sapiens et mise en lumière par Le Parisien. Selon le think tank, la productivité des employés travaillant à distance a augmenté de 22 % lors des épisodes de confinement.
Les raisons sont multiples. Parmi elles, une réduction des « distractions et perturbations », selon les auteurs, telles que les pauses-café, les déjeuners à rallonge, les multiples réunions ou les bruits environnants. Le temps de trajet économisé s’est par ailleurs transformé en temps d’activité ou en temps de sommeil économisé, permettant aux salariés d’être en meilleure forme.
Conséquences positives sur le PIB
Autre élément positif : le travail à distance permettrait d’augmenter la motivation et la responsabilisation des salariés. Ces derniers ont par ailleurs une meilleure gestion de leur emploi du temps. Les auteurs de l’étude pensent également que le télétravail permettrait de résoudre « les nombreux dysfonctionnements managériaux », souvent source de conflit ou d’absentéisme.
Ces effets positifs ont eu des conséquences économiques concrètes depuis que le télétravail s’est imposé aux Français l’an dernier, assure l’institut Sapiens. En permettant aux entreprises de poursuivre leur activité avec des gains de productivité, le télétravail aurait ainsi permis de sauvegarder entre 216 et 230 milliards d’euros de produit intérieur brut (PIB) en 2020. La fourchette se situerait entre 167 et 173 milliards de PIB lors du premier confinement, et entre 49 et 57 milliards lors du second, en novembre.
Effets pervers
Mais attention : le télétravail n’est pas forcément la panacée. S’il s’impose sur le long terme, sans suivi, il pourrait à terme avoir l’effet inverse en entraînant une perte de productivité pouvant aller jusqu’à 20 %, préviennent les auteurs. De nombreux salariés, lassés d’être tenus éloigné de leur bureau et de leurs collègues, font état de leur mal-être. Une enquête Harris Interactive publiée le mois dernier indiquait une augmentation du sentiment d’isolement, de stress et d’angoisse parmi ceux qui télétravaillent.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LES PARADOXES DU TELETRAVAIL
Q
Je n’en reviens pas. Moi le provincial  qui monte à Bruxelles de temps en temps en voiture,  n’y comprends plus rien : on entre à Bruxelles le matin sans files, sans bouchons et on pénètre dans une ville fantôme où tout le monde avance masqué et roule au pas. Est-ce que je rêve ?
Et voici que je découvre ceci : le télétravail qui désencombre les autoroutes et les voiries municipales augmenterait paradoxalement la productivité.  C’est une vraie métamorphose !
Faut-il s’en réjouir et/ou redouter les retombées négatives de cette situation : manque de contacts sociaux, de distractions, d’interactions multiples sociales et culturelles…
Surtout, les travailleuses et travailleurs à distance finiront par se lasser de l’éloignement et gagnés par la dépression.
Nous somme entrés dans l’ère du totalement différent qui exigera de nous tous un mode de vie très différent. Saurons-nous nous y faire ?
Je crains que nous nous n’aurons pas le choix.
MG 

Aucun commentaire: